Congrès Institut du genre (4-7 juillet 2023, Toulouse)

L’équipe du projet SeSAM LGBTI+ organise un atelier lors du 3e congrès international sur les études de genre qui a eu lieu à Toulouse, du 4 au 7 juillet 2023. Les inscriptions pour ce congrès, intitulé “No(s) Futur(s). Genre: bouleversements, utopies, impatiences”, sont désormais closes.

L’atelier intitulé “La santé des minorités sexuelles et de genre : une réinvention des relations de soin?”, animé par Michal Raz (Sage, Université de Strasbourg), a eu lieu le mercredi 5 juillet de 11h à 12h30 et a réuni une cinquantaine de participant.es !

Il se compose des trois contributions (Sidonie Richard, Coraline Delebarre et Isaora Rivierez) ci-dessous.

Problématique de l’atelier
La dernière décennie a été marquée par d’importantes évolutions dans le domaine de la promotion de la santé et de l’offre de soins pour les minorités sexuelles et de genre. Articulant des dispositifs institutionnels à des savoirs expérientiels, plusieurs initiatives œuvrent à la construction d’un futur où le soin est plus participatif et sensibilisé aux besoins spécifiques des populations minoritaires en raison des discriminations et violences qu’elles subissent. Cette construction s’édifie sur un passé qui l’a rendue possible : expériences féministes, lesbiennes et trans d’auto- support, expertise-profane sur le VIH/sida, etc. L’atelier propose d’explorer les démarches qui articulent approches militantes et expertises professionnelles dites safe ou friendly, et d’interroger ces notions à partir de pratiques d’accompagnement et de soin. Les communications, multi-disciplinaires, proposent de penser comment ces pratiques transforment les relations de soin (posture des soignant·es, horizontalité…). Nous explorerons la manière dont ces pratiques remettent en question les distinctions traditionnelles entre action publique ; associations ; usager·es ; chercheur·es et professionnel·les de santé, qui se trouvent souvent enchevêtrés dans les approches de santé dites communautaires. En outre, l’analyse des potentialités de transformation sociale dont ces projets sont porteurs ne pourra pas faire l’impasse sur les rapports de force institutionnels qui structurent le champ, ainsi que sur les rapports sociaux de classe, de race et de genre qui traversent ces questions.


Contribution numéro 1 “Être médecin et féministe, s’engager, se mettre en jeu et négocier avec le cadre” par Sidonie RICHARD, médecin généraliste et doctorante en philosophie des sciences (IRPhiL, Lyon)
Résumé : Cette communication revient sur l’expérience professionnelle en cabinet de médecine générale d’une approche engagée, collaborative, réflexive et féministe, majoritairement auprès de personnes LGBTQIA+ (Toulouse, 2019 à 2023). Depuis un point de vue de soignante, à l’interface de l’institution médicale et d’un milieu communautaire, la contribution analysera le niveau microsocial de la relation de soins autant que les impacts sur la pratique des institutions médicales au niveau macrosocial. Le premier temps de l’analyse rendra compte de la multiplicité des transformations induites par une posture visant à proposer plus d’horizontalité dans la relation de soins, plus d’autonomie en santé et un accès à des soins de qualité pour tout·es. Les bénéfices constatés de cette posture, radicalement opposée à celle de l’habitus médical, seront décrits, sans mettre de côté les difficultés éprouvées. Le second temps de l’analyse sera l’occasion de pointer les enjeux de l’institutionnalisation des parcours médicaux de transition de genre vis-à-vis de la relation de soins, ce qui s’y gagne et ce qui s’y perd. Enfin, la troisième partie portera sur la manière dont les rapports de force opèrent à l’intérieur même de l’institution médicale pour entretenir et reproduire les positions de domination, par la punition des soutiens aux patient·es et la négation des savoirs expérientiels.

Contribution numéro 2 “Accompagner les populations LGBTQI : quelle clinique ?”, par Coraline Delebarre, psychologue et sexologue en cabinet libéral
Résumé : La multiplication des définitions de soi et des processus de singularisations actuels devrait nous pousser à requestionner certaines théories psychologiques construites dans des contextes normatifs, binaires et hétérocentrés. Ces théories ont produit et reproduit des hiérarchisations et des catégorisations entre le bien et le mal, le normal et l’anormal, notamment concernant l’identité de genre, l’orientation sexuelle et les pratiques sexuelles. Beaucoup de patient·es que j’ai rencontré·es en cabinet depuis 2016 relatent encore des expériences thérapeutiques difficiles venant nier ou invalider leurs identités ou leurs pratiques, créant ainsi une défiance envers le champ psychothérapeutique et un évitement de ces espaces de soin. Pourtant, les populations LGBTQI, en tant que groupe social minoritaire, sont plus à même d’expérimenter des violences et d’éprouver un stress minoritaire qui nécessite des stratégies d’adaptation coûteuses et crée des symptômes et comportements spécifiques qu’il est important de regarder et traiter. Cette communication, basée sur une expérience professionnelle en psychologie et en sexologie, propose de réfléchir une approche de soin qui considère les patient·es comme un produit de différents systèmes en interaction et en interdépendance. Les représentations, préjugés et oppressions sociales devraient non seulement être (re)connus et admis (pour l’autre et pour soi-même), mais également pris en compte comme produits ayant des répercussions dans les sphères psychologiques, sexuelles et affectives. Ainsi, dans une relation de soin repensée, ce ne serait plus la norme qui ferait sens mais sa critique, permettant de regarder ces effets sur la construction psychique et sexuelle
du sujet.


Contribution numéro 3 “Faire des savoirs expérientiels un métier, le cas de l’accompagnement associatif à la santé sexuelle”, par Isaora Rivierez, Docteure en sociologie, Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis), Université Paris Cité.
Résumé : Cette communication propose de s’intéresser à l’accompagnement à la santé sexuelle dans le cadre d’interventions associatives en outreach. Elle s’appuie sur les données d’une enquête ethnographique issue d’une thèse de sociologie portant sur le travail salarié au sein de l’association de lutte contre le VIH/sida, Aides, qui défend une « démarche communautaire ». Elle promeut ainsi l’enrôlement de personnes issues des groupes ciblés par ses interventions (usager.es de drogues, «migrant.es», hommes gays) et revendique sa proximité au terrain. J’analyserai la construction de cette posture, inspirée de l’auto-support, qui se situe dans la continuité de recommandations internationales mais aussi dans la recherche d’un sens politique qui vise l’efficience de l’accompagnement proposé autant que le maintien d’une position d’influence dans un espace sida concurrentiel. En 2010, l’association prend en charge une mission de dépistage du VIH. Cet acte, autrefois réservé aux professionnel·les du soin, est intégré au travail de promotion de la santé des associatifs qui y sont formés en interne. L’observation de ce travail, lors de maraudes auprès de travailleurs·euses du sexe, permet l’analyse des compétences et du travail émotionnel spécifiques qu’ils/elles déploient pour réaliser du « bon boulot » au sens des valeurs de l’association. Travail qui est à la fois le produit de compétences professionnelles antérieures (travail social par ex.) et/ou de savoirs expérientiels, en tant que personnes concernées.



Citer ce billet
Michal Raz (2023, 3 juillet). Congrès Institut du genre (4-7 juillet 2023, Toulouse). Santé LGBTI+. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://santecolgbti.hypotheses.org/888

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search