Construire des archives de recherche sur la santé sexuelle transmasculine : le projet FOREST

Présentation de Suzanne Robin-Radier (ingénieure d’étude, OUTrans et Université Lumière Lyon 2) et Stevie Kolodziej (stagiaire à Université Lumière Lyon 2, et à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme et le groupe de recherche FOREST.

Workshop #1 SESAM LGBTI+ du 21 octobre 2022

Qu’est-ce que le projet FOREST? Pourriez-vous nous présenter ses principaux objectifs, méthodes et enjeux en termes d’archives?

Le projet FOREST prend la forme d’entretiens et focus groups réalisés auprès de deux populations : des personnes transmasculines et des professionnel·le·s médico-sociaux dits safe qui les accompagnent. Les personnes transmasculines répondent à des questions sur leur transition, leur rapport au monde médical, leur rapport au corps et à la sexualité ainsi qu’à des questions sur leur recours à des méthodes de prévention du VIH et des infections sexuellement transmissibles. Ces entretiens forment un corpus riche, prenant parfois la forme de récits de vie, comprenant de nombreuses données intimes. Le principal enjeu est que les archives sur les personnes trans, en particulier transmasculines, sont peu nombreuses à l’échelle nationale et principalement associatives. Ce sont donc des archives plus fragiles, soumises à la vie des associations qui peuvent se dégrader rapidement. Les archives du projet FOREST sont des archives publiques et communautaires et seront donc conservées dans des conditions optimales à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), à Aix-en-Provence, lieu où travaille Véronique Ginouvès, archiviste professionnelle spécialisée en archives sonores, membre du conseil scientifique de FOREST et consultante pour toutes les questions archivistiques au sein du projet. En effet, elles bénéficieront de tous les réseaux des archives publiques pour pouvoir être référencées sur un maximum de bases de données et être les plus visibles possibles. Le fonds sera cogéré par la MMSH, qui possède une expertise en archivistique et l’association OUTrans qui pourra le diffuser à un large public, dont des personnes trans que ce fonds intéressera au premier plan.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées dans l’élaboration de ces archives ?

Une des difficultés majeures est le manque de ressources accessibles pour élaborer ces archives et répondre à nos questionnements. Certaines ressources existent, nous en avons récolté durant le workshop – encore merci aux intervenant·e·s – mais pendant la construction des archives, aucune archive de recherche publique sur une population LGBT+ n’avait été trouvée. Or, il fallait décider des directions à prendre sans beaucoup de repères. Par exemple il y avait la question de l’anonymisation. Le but était de diffuser, avec l’accord des personnes interrogées, ces enregistrements aussi largement que possible, puisqu’ils constituent un patrimoine précieux pour la communauté transmasculine et les personnes s’intéressant à elle. Néanmoins, il fallait éviter que ces enregistrements puissent porter préjudice à leurs auteurs ou aux personnes qu’iels citaient. La communauté des personnes transmasculines étant restreinte, nous nous sommes longtemps questionnés pour savoir si la seule anonymisation des noms suffisait à les protéger, ou s’il ne fallait pas également anonymiser d’autres éléments identifiants. Ont aussi été réalisés un catalogage et des résumés de tous les entretiens afin de rendre faciliter la visualisation du corpus. Enfin, parce que la recherche FOREST s’appuie sur une démarche communautaire, la gestion des fonds d’archives est conjointe entre la MMSH et l’association OUTrans, ce qui élargit la diffusion en dehors du milieu de la recherche mais complexifie aussi le montage et la conservation du fonds. Aujourd’hui nous sommes sur une bonne voie pour trouver une solution permettant la plus large diffusion des archives tout en protégeant au maximum les personnes qui nous font confiance pour préserver leur sécurité et transmettre leurs histoires. De nombreuses autres difficultés ont été rencontrées durant ce processus d’archivage, mais la question de l’anonymisation et de la diffusion sont celles qui ont traversé tout le projet et guidé la majeure partie de nos choix en matière d’archives. En effet, la diffusion a été l’objet de nombreux débats et a été négociée avec chaque participant·e de manière à trouver l’équilibre entre science ouverte et protection de la vie privée.

Avez-vous des recommandations à l’encontre des chercheur·es souhaitant produire des archives publiques sur les communautés LGBTQI+ ?

Tout d’abord, il est nécessaire de penser l’archivage en amont de la production des données, au début du projet, car c’est une démarche longue, complexe et qui nécessite d’être intégrée dans le planning et le budget du projet de recherche (catalogage des fichiers, indemnité de stage…). Il est également souhaitable d’avoir une démarche multidisciplinaire, de faire appel à des professionnel·le·s pour construire les archives et d’avoir des échanges réguliers entre les archivistes et les chercheur·euse·s, par exemple en assurant la présence d’un·e archiviste dans les comités de suivi du projet. Enfin, ne pas hésiter à fouiller pour trouver des ressources pour s’aider, demander aux associations de mémoire des communautés LGBTQI+. Il y a également la plateforme « Big Tata » qui recense un grand nombre des fonds d’archives queer, associatifs comme publiques en France, qui seront autant de contacts pour accompagner les chercheur·euse·s dans leurs démarches.

Pour toute question, ne pas hésiter à écrire à : forest@outrans.org; forest@univ-lyon2.fr ou contact@outrans.org



Citer ce billet
Michal Raz (2022, 21 octobre). Construire des archives de recherche sur la santé sexuelle transmasculine : le projet FOREST. Santé LGBTI+. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://santecolgbti.hypotheses.org/838

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search