L’ethnographie en ligne pour enquêter sur la santé sexuelle : le cas d’un groupe de discussion Facebook sur la prévention du VIH

Présentation de Cécile Loriato, docteure en Sciences de l’information et de la communication (Céditec, Upec)

Workshop #1 SESAM LGBTI+ du 21 octobre 2022

Focus sur les aspects méthodologiques de l’ethnographie en ligne dans le cadre d’une recherche doctorale en sciences de l’information et de la communication sur l’appropriation de la PrEP par des HSH (hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes).

Qu’est-ce que l’ethnographie en ligne en santé ?

Il existe différentes manières d’envisager internet et, partant, l’ethnographie en ligne. S’il a pu être conçu au départ comme un cyberespace bien distinct du « réel », il est aujourd’hui clair qu’il doit être pris comme un espace “dé-virtualisé” qui serait à la fois “incorporé, incarné et quotidien” (Hine 2015) puisque internet est intégré dans différents contextes de dispositifs, d’institutions, de structures, que l’on expérimente de manière personnelle, parfois intime, et quotidienne et banale.

Les premiers travaux sur l’internet-santé relevaient davantage du « prophétisme technologique » (Flichy 2001) que de la réalité des pratiques. Les travaux plus récents, dont beaucoup s’inscrivent dans une approche psychosociale de la communication, s’accordent pour dire que les usages de l’Internet-santé, les motivations qui les sous-tendent, les contenus ainsi que les acteurs impliqués sont multiples et animés par différentes logiques (Thoër et Levy 2012). La recherche d’information, la recherche de soutien social et émotionnel, le partage d’expérience font partie des usages les plus courants, transformant profondément le statut du patient de manière symbolique (en modifiant ses représentations sur la manière dont il peut et doit s’informer) et matérielle (par un processus d’empowerment grâce à l’acquisition de connaissances lui permettant d’être acteur de sa santé).

Pouvez-vous décrire le groupe sur lequel vous avez travaillé et quelle méthode vous avez utilisé pour cette ethnographie en ligne?

PrEP’Dial est un groupe de discussion sur la PrEP créé par des militants de Aides en 2015. Cette recherche s’inscrit dans une approche empruntant à l’ethnométhodologie et à l’analyse du discours écrit. Pour étudier son contenu, j’ai procédé à une sélection des données et notamment l’élaboration d’une liste de mots clés correspondant à des thématiques liées aux débats sur la PrEP identifiées dans des lectures exploratoires et des observations. Ces données ont été enregistrées sous forme de captures d’écran et classées par date avant d’être analysées avec logiciel NVivo. Ensuite, j’ai réalisé une grille de codage des thématiques. Au total, j’ai récolté un corpus de 349 publications, 6417 commentaires publiés par 755 participants actifs entre 2015 et 2017. J’ai également élaboré une grille d’observation du dispositif sociotechnique (Jouët et Le Caroff 2013). Il s’agit d’une grille articulant le technique, le social et le sémantique : il est alors possible d’appréhender le dispositif dans ses aspects techniques, de mettre au jour ses fonctions sociales, tout en s’intéressant au sens que les individus donnent à leur participation. Cette grille est divisée en quatre niveaux d’observation : l’architecture, la gestion, la participation, les participants. Cela a été complété par 12 entretiens avec des membres du groupe. L’objectif de ces entretiens était d’approfondir les justifications des choix individuels de prévention et d’éclairer le sens que donnent les individus au groupe de discussion et à l’usage qu’ils en font.

Quels enjeux spécifiques à la santé et plus particulièrement à la santé sexuelle soulève une ethnographie en ligne ?

Il est indispensable d’identifier les enjeux de l’investigation d’un terrain sensible moralement et politiquement. Une recherche dans le champ du VIH implique d’identifier les tensions qui le traversent, en se penchant notamment sur les controverses concernant les comportements sexuels, les populations les plus touchées, les pratiques de prévention, ainsi que les choix politiques, afin de mieux caractériser le degré de sensibilité des données (Girard 2010). De plus, les participants au groupe partagent des informations générales sur la PrEP, mais surtout des témoignages individuels relevant de l’intime. Il faut donc différencier les données biomédicales des écrits individuels faisant le récit d’une expérience, retranscrivant une information, ou encore témoignant d’une socialisation, et laisser de côté les premières. Un dernier élément sensible identifié est lié à l’absence de cadre légal régissant la délivrance de la PrEP au moment de la création du groupe. En effet, une des questions formulée pendant la phase de pré-observation a été de supposer que la participation des personnes intéressées et des usagers de PrEP “sauvage” dépendait du degré de confiance qu’ils accordaient au groupe et de leur conscience de l’éventuelle publicité que peuvent gagner leurs écrits. Par ailleurs, PrEP’Dial est, à ce moment là, un objet mouvant, en construction ; les concepteurs, tout comme les participants, semblent s’y investir “à tâtons”, prudemment. Il convient donc d’approcher le terrain en tenant compte de ces éléments contextuels.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Michal Raz (21 octobre 2022). L’ethnographie en ligne pour enquêter sur la santé sexuelle : le cas d’un groupe de discussion Facebook sur la prévention du VIH. Santé LGBTI+. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://santecolgbti.hypotheses.org/621


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search